Fondation OCIRP

Notre organisation

Le Conseil d’administration

Depuis sa création, le 1er octobre 2009, la Fondation OCIRP est dirigée par un Conseil d’administration composé de représentants de l’OCIRP (administrateurs et salariés) et de personnes qualifiées. Le Conseil d’administration détermine les grandes orientations de la Fondation, vote le budget, statue sur le choix des projets à soutenir et évalue les initiatives menées. Il se réunit quatre fois par an. Il est présidé par Liliane Bourel, présidente de l'OCIRP.

Administrateurs OCIRP

  • Liliane Bourel, CCPMA Prévoyance (Présidente de la Fondation)
  • Alain Gueguen, Malakoff Humanis Prévoyance (Vice-Président de la Fondation)
  • Alain Champion, Malakoff Humanis Prévoyance
  • Thierry Grégoire, Malakoff Humanis Prévoyance
  • Jean-Louis Peyrude, AG2R Prévoyance
  • Philippe Thouron, AG2R Prévoyance
  • Béatrice Etévé, UniPrévoyance
  • Michel Davril AG2R, Prévoyance
  • Gérard Giordana Carcept, Prévoyance
  • Anouar Kenzeddine AG2R, Prévoyance

Salariés OCIRP

  • Bintou Diop
  • Anne Saulnier

Personnes qualifiées

  • Jérôme Clerc
  • Bernard Devy
  • Marie de Hennezel
  • Michel Keller
  • Jean-Louis Peyrude
  • Philippe Pihet
  • Karine Reverte

L’équipe de la Fondation

  • Sylvie Pinquier-Bahda, directrice générale déléguée à l’engagement social
  • Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation
  • Florence Sorin-Gomez, chef de projet
  • Tchais Dodo, assistante projets

Le conseil scientifique

Depuis 10 ans, le Conseil scientifique accompagne les travaux menés par la Fondation OCIRP dans l’axe « Agir pour les orphelins ».

Ses membres sont des ambassadeurs de la Fondation puisqu’ils contribuent à promouvoir les résultats des recherches auprès des associations, des orphelins et de leur famille, des institutions, des décideurs, et des médias.

Patrick Ben Soussan est pédopsychiatre. Il a exercé comme praticien hospitalier en maternité, néonatalogie, pédopsychiatrie. Il est responsable du département de psychologie clinique à l’Institut Paoli-Calmettes, centre de lutte contre le cancer, à Marseille. Il assure des enseignements dans plusieurs instituts de formation et universités de médecine et de Sciences humaines. Membre fondateur et président de l’Association pour la recherche en Aquitaine sur le nourrisson et son environnement (ARANE), ses travaux portent sur la périnatalité, les bébés et la petite-enfance, la parentalité, l’accueil, la culture, et le grand champ de ce qui lie psychanalyse et médecine, en particulier autour de la maladie cancéreuse. Il a publié de nombreux ouvrages et dirige la collection 1001BB, les revues Spirale et Cancer(s)&psy(s), aux éditions Ères.

Jérôme Clerc est Professeur des universités en psychologie cognitive au laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC UMR CNRS 5105) de l’université Grenoble-Alpes et enseigne au sein de l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPE, ex ESPE) de l’Académie de Grenoble. Ses travaux de recherche portent sur l’efficience cognitive chez des enfants et des adolescents au développement typique ou aux trajectoires développementales atypiques (déficience intellectuelle, perte d’un parent, haut potentiel intellectuel). Il développe ses recherches autour de trois axes : les transferts d’apprentissages, le développement des stratégies cognitives de mémorisation ou résolution de problèmes, les formats de représentation via la question des codages et recodages cognitifs. Il vient de rendre le rapport final de sa recherche, intitulé « Prise En Charge Psychologique d'Enfants Orphelins » (PECPEO), qui étudie les difficultés de mémorisation chez des enfants de 7 à 12 ans orphelins d’un parent ; une recherche initiée à l’université Lille 3 en 2010 soutenue par la Fondation.

Médecin de santé publique et sociologue, Agnès Gindt-Ducros a été médecin de l'Education nationale, puis enseignante-chercheure à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes, où elle avait des responsabilités de formation (coordination à la formation des médecins de l’Éducation nationale, participation aux formations des futurs cadres du système de santé français, formations universitaires de niveau master) et de recherche, comme membre du laboratoire ARENES (UMR 6051). Ses travaux de recherche portent sur la promotion de la santé, sur la santé des enfants et les politiques de santé en faveur des enfants, et plus particulièrement sur la manière dont le milieu scolaire participe à la détermination du bien-être de l’enfant et de son bien-devenir comme futur adulte. Elle est l’auteure d'articles scientifiques sur ces questions sociales. Sa réflexion sur la santé de l'enfant l'a conduite à s'intéresser plus particulièrement aux effets des maltraitances et négligences infantiles dans une approche globale et systémique, en particulier sur la nécessaire collaboration entre les secteurs social et de la santé.

David Milliat est né en 1979 à Boulogne-Billancourt (92). À l’âge de 6 ans, il perd ses deux parents, tués dans un accident de voiture. Il grandit chez son oncle et sa tante à Lyon où il se forme au métier du journalisme et se spécialise dans les questions religieuses. Il a travaillé à Radio Notre Dame, Radio Vatican ou encore KTO. Depuis 2012, il présente l'émission Le Jour du Seigneur, diffusée le dimanche matin sur France 2. Il est père de deux filles. Après la naissance de son deuxième enfant, il crée l'association des Orphelins devenus adultes pour offrir un espace de rencontre et de dialogue aux personnes qui, enfants, ont perdu leurs parents. C’est ainsi qu’il s’est rapproché de la Fondation OCIRP.

Magali Molinié est psychologue clinicienne, Maître de conférences en psychologie à l’Université Paris 8 et membre du Laboratoire de psychopathologie et neuropsychologie (LPN, Équipe d’accueil 2027). Elle enseigne également dans le département des Études Romanes de l’université Cornell, aux États-Unis et collabore aux activités de formation et de recherche du Centre Georges Devereux à Paris. Articulant données psychologiques et anthropologiques, ses travaux portent notamment sur le deuil et sur les dispositifs à partir desquels les humains opèrent la transformation des morts en êtres sociaux.

Marine Monteil, docteure en droit, a soutenu, en juillet 2018 à l’université de Toulouse, une thèse de droit privé intitulé « L’orphelin mineur » sous la direction de Claire Neirinck, professeur émérite à l'Université Toulouse 1 Capitole. Actuellement élève avocate à l’EDASOP, elle a également dispensé divers enseignements et travaillé à la chambre spéciale des mineurs en qualité d’assistante de justice.

Sophie Pennec est démographe, directrice de recherches à l’Ined (Institut national d’études démographiques). Elle est chercheure associée à l’Australian Demographic and Social Research institute à l’Australian National University (Canberra, Australie). Elle développe ses travaux de recherches sur les thèmes de la fin de vie (décisions médicales en fin de vie, lieux de la fin de vie…), du vieillissement et des personnes âgées (modèle de microsimulation de la dépendance en Australie), et de la famille (composition familiales, parentèle, orphelinage). Elle est responsable de l’enquête La Fin de Vie en France. Elle développe en partenariat avec la Fondation un programme de recherche sur la population des orphelins et leurs caractéristiques sociodémographiques, auquel participe également Laurent Toulemon et Cécile Flammant de l’Ined.

Fabienne Quiriau, après un parcours entre le ministère de la Solidarité et celui des Finances et du Budget, devient directrice adjointe de la direction des ressources humaines d’un conseil général, puis de la direction de la Solidarité. Au terme de 12 années, elle revient à son ministère d’origine en tant que conseillère du ministre de la Famille, Philippe Bas, chargée de conduire la réforme de la protection de l’enfance de 2007. Durant les presque deux années passées en cabinet ministériel, elle a côtoyé de nombreuses fédérations et associations, dont l’UNASEA, qui était particulièrement impliquée dans la réflexion relative à la réforme. Elle devient enfin directrice générale adjointe de l’UNASEA, puis directrice générale, chargée de mettre en œuvre le projet de la CNAPE, en vue de rassembler et de fédérer des associations et mouvements investis dans la protection de l’enfant, de faire connaître et développer la fédération au niveau national mais aussi dans les territoires.

Sociologue, ancien directeur de l’Observatoire national de la protection de l’enfance (Onpe), Gilles Séraphin est Professeur des Universités à l’université Paris Nanterre, et chercheur au Centre de recherche Éducation et Formation (CREF, EA1589). Il y enseigne les sciences de l'éducation et est responsable du parcours de master "Éducation familiale et interventions socio-éducatives en Europe" (Efise). Il est rédacteur en chef de la revue scientifique Recherches Familiales. Ces dernières années, ses travaux de recherche sont consacrés aux thèmes de l’accompagnement social, du handicap psychique et des politiques publiques en faveur des familles et/ou de l’enfance. Les derniers ouvrages publiés sont Comprendre la politique familiale, Dunod, 2012 ; Articuler recherche et pratiques en protection de l'enfance (dir.), ONPE/La Documentation française, 2015 ; Religion, guérison et force occultes en Afrique. Le regard du jésuite Eric de Rosny, Karthala-PUCAC, 2016.

Bernard Tapie est directeur de la Direction de la statistique, des études et de la recherche à la CNAF (Caisse nationale d'allocations familiales).

Politiste, Jean-Philippe Vallat est directeur des politiques et actions familiales et des études à l’Unaf (Union nationale des associations familiales). Il est agrégé de Sciences sociales et docteur en Science politique de l’IEP de Paris. Ses recherches portent principalement sur la protection sociale et les politiques familiales. Il a actuellement en charge les 2 observatoires de l’Unaf : l’Observatoire des familles qui réalise, en coopération avec la Cnaf, des enquêtes par questionnaires sur des sujets familiaux, et l’Observatoire national des populations « majeurs protégés » (Onpmp) qui analysent les populations sous protection suivies par les Udaf. En 2011, l’Unaf a coréalisé avec la Favec (Fédération des associations de conjoints survivants et parents d'orphelins) l’enquête nationale La parole aux orphelins, soutenue par la Fondation OCIRP.

Le parrainage des salariés

Rôle des parrains

Impliqués et volontaires, des salariés de l’OCIRP ont choisi d’accompagner concrètement ces actions : ils assurent ainsi le lien avec les porteurs de projet, proposent, partagent et échangent pour voir le projet aboutir.

Ils bénéficient de trois jours par an sur leur temps de travail pour parrainer le projet de leur choix.

Nos salariés témoignent 

"Je suis très heureuse de parrainer cette action. Même si les valeurs de solidarité sont omniprésentes dans notre entreprise, ce projet me donne l’occasion de rester en prise directe avec cette réalité sociale et de concrétiser plus encore qu’à travers mes fonctions ces valeurs qui nous animent." Iman, juriste à l'OCIRP.
 
"Tout cela est très enrichissant pour moi, aussi bien professionnellement que personnellement. C’est pour moi une source d’épanouissement, que de m’investir aux côtés de la Fondation OCIRP." Delphine, assistante à la direction du développement de l'OCIRP.
 
"Je crois qu’il est difficile de décrire ce que je ressens quand j’assiste à ces instants magiques que vivent les enfants. Même si cela demande d’y consacrer du temps, le plus important, c’est la joie de tous ces enfants. Chacun d’entre nous doit se sentir concerné par leur situation." Nathalie, assistante des pôles gestion et informatique de l'OCIRP.
 
"Sur un plan plus personnel, ce parrainage m’a fait découvrir le travail essentiel des assistantes sociales auprès de familles endeuillées." Cathy, coordinatrice de l'accompagnement social de l'OCIRP.
 
"J’ai eu envie de parrainer une association, car c’est pour moi une façon de participer encore plus directement aux actions menées en faveur de nos allocataires orphelins. Ce parrainage donne un sens encore plus concret à mes missions." Laure, conseillère relations avec les partenaires sociaux à l'OCIRP.

L'appel à projets

La Fondation d'entreprise OCIRP - Au coeur de la Famille apporte son soutien financier à des projets menés sur le territoire français à destination des jeunes orphelins d'un ou de leurs deux parents, et des projets dédiés aux besoins d’autonomie (handicap, aidants, personnes âgées dépendantes…)

Les dossiers répondant aux critères de sélection définis dans le dossier de candidature sont instruits par l’équipe de la fondation quatre fois par an, puis soumis au conseil d’administration de la fondation pour accorder un éventuel soutien.

Au-delà du soutien financier que nous apportons, nous mettons aussi en lumière les actions menées par ces associations sur le terrain, faisons se rencontrer leurs acteurs et favorisons le partage d’expérience et de bonnes pratiques.

Modalités de la procédure de dépôt du formulaire de candidature

Rencontres et co-construction de projets

Nous nous attachons aussi à accompagner chaque porteur de projet. Au fil des années, nous avons ainsi noué de solides liens avec chacun d’entre eux et su tisser un réseau de solidarité, de proximité et d’entraide. Forts de la richesse et de la diversité des actions soutenues, nous organisons des rencontres entre porteurs de projet pour permettre les échanges de savoirs et de savoir-faire, faciliter le développement et la mise en œuvre d’actions communes.

Dans le cadre de l'axe dédié aux projets en faveur des personnes handicapées, en perte d’autonomie, et des aidants, le Conseil d’administration de la Fondation d'entreprise OCIRP a validé de nouveaux soutiens pour favoriser l'autonomie, en octobre 2021.

Fondation OCIRP - Axe "Agir pour les orphelins" et Axe "Favoriser l'autonomie" : les projets présentés lors du dernier appel à projets sont en cours d'étude.

Ecouter ou réécouter le live de questions/réponses organisé par "Mieux Traverser le Deuil" sur le thème "Etre orphelin".

Damien Boyer a reçu Christophe Fauré, mais aussi David Milliat (présentateur sur France 2) et Sylvie Pinquier-Bahda (directrice de la Fondation OCIRP), pour un échange sur le deuil chez les enfants ou adultes ayant perdu leur(s) parent(s). Ce live a eu lieu le lundi 27 septembre 2021.

Ecouter ou réécouter le live orphelins

Le prochain live de questions/réponses organisé par "Mieux Traverser le Deuil" aura lieu ce lundi 27 septembre à 20h, autour du deuil sur la thématique des orphelins.

La Fondation d’entreprise OCIRP soutient l’association "La cravate solidaire" dans la lutte contre les discriminations à l’embauche.

Depuis plusieurs années, la Fondation OCIRP propose un rendez-vous annuel, l’occasion pour nos membres et partenaires de participer à un évènement pédagogique sur nos thèmes de prédilection - Agir pour les orphelins, Accompagner les veuves et veufs, Favoriser l’autonomie - dans un format adapté.