Aidants : Interview Marie-Anne Montchamp et Pierre Mayeur

Quelles réponses collectives apporter au salarié aidant d’un proche en situation de perte d’autonomie ? Interview croisée de Marie-Anne Montchamp, présidente de la CNSA et de Pierre Mayeur, directeur général de l’OCIRP

Interview

ITW Marie-Anne Montchamp et Pierre Mayeur
Plan général sur le logo OCIRP - protéger.agir.soutenir
 
Plan général sur le logo de la CNSA, Caisse nationale de la solidarité pour l’autonomie
 
Plan sur le titre de l’interview « Quelles solutions pour les aidants ? » Interview croisée Pierre Mayeur, Directeur général de l’OCIRP et Marie-Anne Montchamp, Présidente de la CNSA.
 
Gros plan sur Pierre Mayeur assis devant un bureau.
 
C'est un nouveau champ pour la protection sociale. C'est une nouvelle question, c'est une nouvelle garantie, d'une certaine manière, à construire.
 
Gros plan sur Marie-Anne Montchamp assise à son bureau.

C'est une question laboratoire. Et, c'est pour ça qu'il faut que nous investissions fortement dans ce sujet-là  parce qu'avec lui, on va pouvoir tirer un certain nombre de fils  qui vont nous aider à jalonner la voie de la transformation de notre système de protection sociale.
 
Plan général sur Marie-Anne Montchamp et Pierre Mayeur assis côte à côte.
 
Intervention de Pierre Mayeur : C'est une question qui tout simplement se pose pour une raison bien simple, c'est qu'aujourd'hui, on sait qu'il y a à peu près 4 millions, au moins 4 millions de salariés qui sont en situation d'aidant.
 
Intervention de Marie-Anne Montchamp : Oui, c'est énorme.
 
Intervention de Pierre Mayeur : Et, cette situation, ça a des conséquences, évidemment, sur l'organisation de l'entreprise.
 
Gros plan sur Pierre Mayeur assis devant un bureau : Il y a une prise de conscience du monde de l'entreprise qui s'exprime par le fait, notamment, qu'il y a près de 9 chefs d'entreprise sur 10 qui sont prêts à mettre en place des actions pour les salariés aidants.
 
Gros plan sur Marie-Anne Montchamp assise à son bureau : C'est un phénomène qui marque les entreprises depuis des années et on a vu avec le rapport Notat-Senard, dans le cadre également de la préparation de la loi Pacte que les entreprises n'ignorent plus, qu'au fond, elles sont impliquées dans des questions qui les dépassent.
 
Gros plan sur Pierre Mayeur assis devant un bureau : Je crois qu'il y a un besoin, d'une certaine manière, de reconnaissance et d'identification. Le salarié aidant, il doit être reconnu s'il le souhaite.
 
Plan général sur Marie-Anne Montchamp et Pierre Mayeur assis côte à côte.
 
Intervention de Marie-Anne Montchamp : Le fait qu'on aide, dans une espèce d'inconnue totale, son proche expose terriblement l'aidant à vivre des situations de travail problématiques et à se trouver dans une rupture supplémentaire qui vient s'ajouter à la rupture qu'il vit dans sa vie.
 
Gros plan sur Pierre Mayeur assis devant un bureau : Est-ce qu'une solution financière est une réponse adaptée à la question des aidants en entreprise ? Moi, je pense que oui.
 
Gros plan sur Marie-Anne Montchamp assise à son bureau : Il ne faudrait pas demain qu'avec le vieillissement de la population, on voie se dessiner de nouvelles formes de discrimination entre ceux qui auront eu un parcours classique et puis ceux qui auront aidé leurs proches et qui se retrouveraient à la traîne sur le plan de leur rémunération.
 
Plan  sur la phrase « Remerciement à Marie-Anne Montchamp »
 
Plan sur la phrase   « retrouvez notre dossier complet dans le magazine ECHOCIRP N°26. À lire sur ocirp.fr »
 
Écran final avec le logo de l’OCIRP  précédé des noms de l’ensemble des institutions de prévoyance, membres des groupes paritaires de protection sociale et les partenaires.
 

L'OCIRP vous aide à faire face à toutes les situations de la vie

Union d'organismes de prévoyance, l'OCIRP protège les salariés et leur famille, en cas de décès ou de perte d’autonomie.

  • Faire face au veuvage

    OCIRPVEUVAGE permet à chaque salarié, en cas de décès, de protéger son conjoint, concubin ou pacsé, qui percevra un complément financier temporaire ou viager (rente) et bénéficiera d'un accompagnement social dédié.
  • Faire face à l'orphelinage

    OCIRPÉDUCATION permet à chaque salarié, en cas de décès ou d'invalidité, de protéger ses enfants qui percevront un complément financier temporaire (rente) pour compenser la perte de revenu et assurer un accompagnement social.

  • Faire face au handicap

    OCIRPHANDICAP permet à chaque salarié, en cas de décès, de protéger son enfant, sa sœur ou son frère en situation de handicap. En complément de la rente versée, un accompagnement social est dédié.

  • Faire face à la perte d'autonomie

    OCIRPDÉPENDANCE permet de définir une rente en cas de dépendance (totale ou partielle), dont le montant évolue avec la durée de cotisation.

  • OCIRPAIDANTS

    OCIRPAIDANTS permet au salarié qui aide un proche dépendant, parent ou conjoint, de bénéficier de services adaptés et d’aides financières pour l’accompagner au quotidien.

Publié le 26 septembre 2018
Noter cet article
4/5 (72 votes)